panel 2

Statistiques en ligne

La présente rubrique reprend des données statistiques qui ne sont pas publiées sous forme imprimée mais également des compléments à des données statistiques existantes.

Statistiques annuelles complémentaires concernant le travail d'étudiant

Introduction

Le système particulier du travail des étudiants avec exemption de l'assujettissement à la sécurité sociale a évolué depuis 2005 de l'occupation limitée aux trois "mois d'été" (juillet, août et septembre) vers une occupation au cours de toute l'année. De cette façon, les employeurs peuvent recourir au travail étudiant exempté de cotisations de sécurité sociale non seulement en été mais également pendant les périodes de congés scolaires ou, par exemple, pendant les week-ends.

A côté de l'élaboration de données trimestrielles, il est intéressant d'analyser le travail des étudiants sur une année complète. Ceci permet d'établir une sorte de typologie de l'emploi dans le cadre du travail étudiant. Parmi les sujets pertinents, on peut se poser les questions suivantes:

  • Combien de personnes ont-elles travaillé au cours de l'année en tant qu'étudiant?
  • Quelles sont les caractéristiques personnelles des étudiants (âge et sexe)?
  • Auprès de combien d'employeurs une personne a-t-elle été occupée comme étudiant?
  • Combien de jobs étudiant un étudiant a-t-il exercé?
  • Combien de temps, en moyenne, un étudiant travaille-t-il au cours de l'année dans le cadre du travail des étudiants?
  • L'étudiant(e) utilise-t-il l'ensemble de son contingent en journées ou en heures?
  • Y-a-t-il des dépassements du contingent des jours ou heures autorisés et quel est leur nombre?
  • Combien un étudiant gagne-t-il?
  • Où travaillent les étudiants?
  • Dans quel secteur d'activités les étudiants travaillent-ils?

Depuis 2012, la distinction entre le 3e trimestre et les autres trimestres a disparu et le nombre de jours de travail sous ce système particulier est passé de 2*23 jours (par période considérée sur une année calendrier : juillet, août, septembre d’une part, et les autres mois d’autre part) à 50 jours répartis sur l'ensemble de l'année calendrier. C'est la raison pour laquelle ces nouvelles statistiques annuelles débutent avec l'année 2012.

Par ailleurs, depuis 2017, le nombre maximum de jours est remplacé par un nombre maximal d'heures. Comme les employeurs ne déclarent plus que des heures, cela provoque une rupture dans les séries temporelles.

Contrairement à l'approche utilisée dans les statistiques trimestrielles sur le travail étudiant, basée sur les postes de travail, autrement dit sur les relations employeur-étudiant, nous comptabilisons ici:

  1. Le nombre d'étudiants occupés au cours de l'année. Nous abandonnons donc tout lien avec le trimestre travaillé et l’employeur. Ce choix a des conséquences lors de la répartition des données suivant certains critères, surtout ceux qui sont liés à l'employeur.
  2. Le nombre de jobs étudiant au cours de l'année (pour disposer de critères liés à l’employeur). Un étudiant peut exercer plusieurs jobs auprès de différents employeurs, mais tout jour ou toute heure presté chez un même employeur sera regroupé avec les autres jours ou heures pour générer un et un seul job étudiant au cours de l'année (il n'y a donc pas de décompte en fin d'année) et comptabilisé comme tel. Le nombre de jobs étudiant peut ainsi être réparti suivant des caractéristiques de l'employeur (comme par exemple sa branche d’activité).

Comme la détermination du nombre de jobs étudiant est réalisée ici sur une base annuelle, alors que dans les statistiques trimestrielles ce regroupement est fait sur base trimestrielle, il va de soi que le nombre de jobs étudiant établi sur base annuelle n'est pas la somme du nombre de jobs étudiants des 4 statistiques trimestrielles.

Les données présentées ici permettent de voir dans quelle mesure les étudiants sont occupés dans le cadre du système particulier du travail étudiant. Il n'existe toutefois pas de données concernant l'ensemble du travail exécuté par la population étudiante (aussi dans le cadre de l'assujettissement "normal" à la sécurité sociale), ce qui empêche de pouvoir déterminer un "degré d'occupation" des étudiants.

Les tableaux

Les 9 tableaux s'articulent autour de 5 éléments qui apparaissent parfois ensemble, parfois pas.

4 de ces éléments sont liées aux étudiants en tant que personne:

  • Nombre d'étudiants
  • Nombre de jobs étudiant
  • Nombre de journées de travail/d'heures de travail
  • Montant des rémunérations déclarées

A côté de ces données liées à la personne de l'étudiant, le nombre d'employeurs constitue le cinquième élément repris dans certains tableaux.

Ces éléments sont chaque fois répartis suivant certains critères.

Les tableaux 1 à 3 sont des séries temporelles; les autres tableaux sont consacrés à la dernière année.

Tableau 1: données de base

Le tableau 1 est une série temporelle (amorcée en 2012) comprenant des informations de base. Les 5 éléments cités ci-dessus y sont repris. On y retrouve par ailleurs des éléments d'information concernant le nombre moyen de jobs étudiant par étudiant, le nombre moyen de journées de travail ou d'heures de travail par étudiant, le montant moyen de la rémunération annuelle des étudiants ainsi que le nombre moyen de journées de travail ou d'heures de travail par job étudiant.

  • Le nombre moyen de jobs étudiant par étudiant est la quotient du nombre de jobs étudiant par le nombre d'étudiants;
  • le nombre moyen de journées de travail ou d'heures de travail par étudiant et par job étudiant sont respectivement le quotient du nombre de journées de travail ou d'heures de travail déclarées par le nombre d'étudiants et par le nombre de jobs étudiant;
  • la rémunération journalière ou salaire horaire résulte de la division des rémunérations déclarées par le nombre de jours de travail ou le nombre d'heures déclarés, alors que le montant de la rémunération annuelle par étudiant est le quotient des rémunérations déclarées par le nombre d'étudiants.

Un graphique illustre l'évolution de ces 5 éléments depuis 2012 (qui constitue la base au niveau 100).

Tableau 2: qui a travaillé quand et pendant combien de trimestres?

La tableau 2 reprend des informations concernant le nombre d'étudiants qui ont travaillé au cours d'une année en précisant au cours de quels trimestres.

Ce tableau doit être lu de la manière suivante:

  • Les 4 colonnes à gauche représentent les 4 trimestres;
  • Les cellules grises signifient que l'étudiant repris dans les données globales de la ligne a été occupé au cours du(des) trimestre(s) concerné(s); à titre d'exemple:
    • la première ligne reprend les étudiants qui n'ont été occupés que pendant le premier trimestre;
    • la cinquième ligne concerne les étudiants qui ont été occupés au cours des premier et troisième trimestres;
    • la dernière ligne est consacrée aux étudiants qui ont travaillé au cours des 4 trimestres de l'année.

Si on désire obtenir les totaux pour un trimestre (par exemple le troisième), il faut additionner les données des lignes dont la cellule relative au 3e trimestre est en gris.

Tableau 3: les jobs étudiant suivant l'activité de l'employeur et le sexe de l’étudiant

Le tableau 3 répartit les jobs étudiant suivant l'activité principale de l'employeur et le sexe de l’étudiant. Les activités de l'employeur sont limitées au niveau de la division de la nomenclature NACE-Bel; cependant la section N (Activités de services administratifs et de soutien) est subdivisée de manière à isoler les nombreux étudiants mis à disposition par des entreprises de travail intérimaire. Pour rappel, les étudiants mis à disposition d'un employeur tiers par une entreprise de travail intérimaire sont déclarés par cette entreprise de travail intérimaire qui agit donc en tant qu'employeur. Ce ne sont que les étudiants mis à disposition de tiers qui sont isolés, ceux travaillant directement pour l'entreprise de travail intérimaire restant au sein des activités de services de soutien.

Tableau 4: étudiants, jobs étudiant, heures de travail et rémunérations suivant l'âge et le sexe des étudiants

Ce tableau est consacré à une répartition suivant le sexe et l'âge de l'étudiant. Les classes d'âge utilisées divergent fortement des celles utilisées dans les statistiques "classiques". Toutes les données sont mises en relation avec l'âge de l'étudiant au moment de sa dernière occupation au cours de l'année.

Tableau 5: étudiants et jobs étudiant suivant leur classe d’âge et le nombre d'employeurs qui ont fait appel à eux

Le tableau 5 répartit les étudiants et leurs jobs en fonction de leur âge et du nombre d'employeurs chez qui ils ont travaillé.

Tableau 6: étudiants suivant leur sexe, classe d’âge et nombre d'heures de travail

Le tableau 6 met en évidence le nombre d'heures de travail des étudiants, avec l'habituelle répartition suivant leurs âge et sexe. Le nombre d'heures de travail est subdivisé en classes de 50 heures. Un avertissement s'impose ici: les contrôles postérieurs à l'enregistrement des déclarations induisent des corrections, mais ceux-ci ne sont pas toujours achevés lors de la création des bases de données statistiques; cela explique l'apparition d'un nombre d'étudiants qui dépassent le maximum de 475 heures.

Tableau 7: étudiants, jobs étudiant, heures de travail et rémunérations suivant le sexe et la résidence principale des étudiants

Le terme "résidence principale" concerne le domicile légal de l'étudiant. Dans l'arrondissement de Verviers de la province de Liège, les données se rapportant aux communes appartenant à la Communauté germanophone sont présentées séparément.

Tableau 8: employeurs et jobs étudiant suivant l'activité des employeurs et le nombre d'étudiants occupés en cours d'année

Ce tableau 8 contient une classe dimensionnelle, comme celle reprise dans les statistiques classiques; cette classe repose cependant sur le nombre d'étudiants occupés par l'employeur au cours de l'année. En ce qui concerne l'activité des employeurs, on relira les remarques concernant le tableau 3.

Tableau 9: jobs étudiant suivant l'activité de l'employeur et la région du lieu de travail

A côté de l'activité économique, ce tableau répartit les jobs étudiant en fonction de l'endroit où cette occupation est exercée. Trois remarques méritent l'attention:

  • l'activité reprise est l'activité économique principale de l'entreprise, pas celle de l'implantation où l'activité exercée (et ce, contrairement aux statistiques "décentralisées" classiques);
  • les données relatives au lieu réel de travail sont basées sur l'implantation ("unité d'établissement" déclarée par l'employeur, sans y apporter les corrections appliquées lors de la préparation des statistiques décentralisées de l'ONSS. La rubrique "inconnu" regroupe les numéros d'unité d'établissement erronés ou non mentionnés par les employeurs sur leurs déclarations.
^ Back to Top